Mai 25

Sortie Diois, mardi 23 mai, 11 cols…..

Après les préparatifs et le café servi par J.Marc, un groupe de 16 cyclos démarre de Saillans avec un petit ¼ d’heure de retard. Nous nous dirigeons vers St Nazaire le désert par la belle vallée de la Roanne, ces 25km s’effectuent à allure régulière et modérée, idéale pour rester tous groupés.

Après la traversée du village le capitaine de route a manqué de persuasion et de connaissances du secteur et  s’est laissé influencer par un cyclo qui a l’habitude de pédaler dans le coin, les renseignements du cantonnier ne nous ont guère aidé, malgré son accent chantant je suppose qu’il était Normand, peut être que oui peut être que non étaient ses réponses.

Finalement nous commençons à gravir la route qui mène au col des Roustans, et nous bifurquons dès que possible direction col de Chamauche par une petite route au revêtement moyen, mais panorama splendide, personne ne connaît, nous sommes en « voyage en terres inconnues » mais sans échanges avec la population locale, les Hollandais ne sont pas encore arrivés, et je vous rappelle que nous sommes vers St Nazaire Le Desert, belle petite bosse qui suffit à bien étirer le peloton, regroupement des troupes en haut, vers le col des vignes, avant de rejoindre la vraie route du col de Chamauche que nous aurions du prendre à la sortie du village, un cyclo s’inquiète du détour,( environ 3 à 4 km et 150m de dénivelé) nous le rassurons en lui précisant qu’au club la tradition est que les kilomètres et dénivelé en plus sont offerts, enfin rassuré la vraie ascension du col peut s’effectuer, les pentes sont de moyennes à sévères les 10% s’affichent au compteur, le col de Planlara (1000m) précède le col de Chamauche (1037m) qui est une découverte pour une grande majorité, le club l’avait emprunté jadis à l’époque où les dérailleurs n’avaient que 5 vitesses. La descente vers La Motte Chalencon est un moment de plaisir pour les yeux et les jambes malgré un petit col intermédiaire (la Croix 907m) qui a poussé récemment.

Arrêt à la fontaine où nous « perdrons provisoirement un élément », il nous rejoindra dans le col des Tourettes, Christian en bon ange gardien était allé à sa rencontre, puis attendu à l’intersection de La Charce. Pour rejoindre le pied du col qui commence réellement à Montmarin nous suivons la vallée de l’Oule,  les 6 derniers km seront plus difficiles, il est bientôt midi le soleil tape assez fort, nous franchissons le col des Tourettes (1126m) contents d’avoir terminé les efforts de la matinée. Les 15 derniers km par le col de la Saulce jusqu’à Serres seront une partie de manivelles pour certains, hélas une crevaison pénalisera un spécialiste des descentes rapides, il nous retrouvera bien installés en terrasse à l’abri du soleil.

Après cette pause bien méritée il faut se remettre en selle, quelques km de faible montée jusqu’à Sigottier  avant d’affronter la véritable ascension du col de Carabès (1261m), dans le  secteur du Château les pentes sont rudes à nouveau du 10%, regroupement au sommet où les plus forts ont pu faire une petite sieste. Descente jusqu’à La Batie des Fonds où nous remplirons les bidons à la fontaine des sources de la Drôme, un peu plus bas à Valdrome un croisement de routes permet d’affiner les choix et options de retour, 3 participants se laisseront tentés par ce raccourci qui les mènera sans difficulté  dans la descente du col de Cabre au dessous de Beaurières, fatigue, peur des 500 ou 1000m restant à franchir ou retransmission du Giro, voici les arguments évoqués. Les 13 rescapés sont prêts à affronter les épreuves à venir sachant que pour certains l’option du retour par le col de Pennes n’est pas envisageable. Le col de la Rossas (1115m), (ne pas se fier aux indications fantaisistes des bornes), sera franchi à petit rythme surtout pour les derniers.

Descente jusqu’à Establet par le col du Fays qui ne laissera pas de mauvais souvenirs. La remontée du col de Prémol (964m) n’est pas compliquée mais la fatigue commence à éprouver quelques organismes. Au fil des km le nombre de volontaires voulant éviter le col de Pennes s’étoffe, Les 15km nous séparant de Recoubeau  seront en faux plat descendant mais vent de face, travail en relais devant pour les plus costauds et abri pour les autres.

A Recoubeau la séparation n’aura pas lieu, les plus motivés à respecter le parcours intégral sont minoritaires, et ne voudront pas de scission du groupe, la rentrée se continuera de la même façon jusqu’à Die puis Saillans .

Arrivée à 18h15, les compteurs indiquent environ 185km et de 2860 à 3150m de dénivelée.

Très belle journée avec beaucoup d’efforts, mais récompensés par des paysages peu connus et très agréables. Un secteur qui mérite bien d’être visité de temps en temps tant les routes sont adaptées à la pratique du vélo : peu de trafic, panorama, variété des paysages.

La longueur et les difficultés du parcours justifient les quelques absences d’habitués à ce type de sortie.

YVES

Photos de Christian Zumaran

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :