Mai 25

Sortie Diois, mardi 23 mai, 11 cols…..

Après les préparatifs et le café servi par J.Marc, un groupe de 16 cyclos démarre de Saillans avec un petit ¼ d’heure de retard. Nous nous dirigeons vers St Nazaire le désert par la belle vallée de la Roanne, ces 25km s’effectuent à allure régulière et modérée, idéale pour rester tous groupés.

Après la traversée du village le capitaine de route a manqué de persuasion et de connaissances du secteur et  s’est laissé influencer par un cyclo qui a l’habitude de pédaler dans le coin, les renseignements du cantonnier ne nous ont guère aidé, malgré son accent chantant je suppose qu’il était Normand, peut être que oui peut être que non étaient ses réponses.

Finalement nous commençons à gravir la route qui mène au col des Roustans, et nous bifurquons dès que possible direction col de Chamauche par une petite route au revêtement moyen, mais panorama splendide, personne ne connaît, nous sommes en « voyage en terres inconnues » mais sans échanges avec la population locale, les Hollandais ne sont pas encore arrivés, et je vous rappelle que nous sommes vers St Nazaire Le Desert, belle petite bosse qui suffit à bien étirer le peloton, regroupement des troupes en haut, vers le col des vignes, avant de rejoindre la vraie route du col de Chamauche que nous aurions du prendre à la sortie du village, un cyclo s’inquiète du détour,( environ 3 à 4 km et 150m de dénivelé) nous le rassurons en lui précisant qu’au club la tradition est que les kilomètres et dénivelé en plus sont offerts, enfin rassuré la vraie ascension du col peut s’effectuer, les pentes sont de moyennes à sévères les 10% s’affichent au compteur, le col de Planlara (1000m) précède le col de Chamauche (1037m) qui est une découverte pour une grande majorité, le club l’avait emprunté jadis à l’époque où les dérailleurs n’avaient que 5 vitesses. La descente vers La Motte Chalencon est un moment de plaisir pour les yeux et les jambes malgré un petit col intermédiaire (la Croix 907m) qui a poussé récemment.

Arrêt à la fontaine où nous « perdrons provisoirement un élément », il nous rejoindra dans le col des Tourettes, Christian en bon ange gardien était allé à sa rencontre, puis attendu à l’intersection de La Charce. Pour rejoindre le pied du col qui commence réellement à Montmarin nous suivons la vallée de l’Oule,  les 6 derniers km seront plus difficiles, il est bientôt midi le soleil tape assez fort, nous franchissons le col des Tourettes (1126m) contents d’avoir terminé les efforts de la matinée. Les 15 derniers km par le col de la Saulce jusqu’à Serres seront une partie de manivelles pour certains, hélas une crevaison pénalisera un spécialiste des descentes rapides, il nous retrouvera bien installés en terrasse à l’abri du soleil.

Après cette pause bien méritée il faut se remettre en selle, quelques km de faible montée jusqu’à Sigottier  avant d’affronter la véritable ascension du col de Carabès (1261m), dans le  secteur du Château les pentes sont rudes à nouveau du 10%, regroupement au sommet où les plus forts ont pu faire une petite sieste. Descente jusqu’à La Batie des Fonds où nous remplirons les bidons à la fontaine des sources de la Drôme, un peu plus bas à Valdrome un croisement de routes permet d’affiner les choix et options de retour, 3 participants se laisseront tentés par ce raccourci qui les mènera sans difficulté  dans la descente du col de Cabre au dessous de Beaurières, fatigue, peur des 500 ou 1000m restant à franchir ou retransmission du Giro, voici les arguments évoqués. Les 13 rescapés sont prêts à affronter les épreuves à venir sachant que pour certains l’option du retour par le col de Pennes n’est pas envisageable. Le col de la Rossas (1115m), (ne pas se fier aux indications fantaisistes des bornes), sera franchi à petit rythme surtout pour les derniers.

Descente jusqu’à Establet par le col du Fays qui ne laissera pas de mauvais souvenirs. La remontée du col de Prémol (964m) n’est pas compliquée mais la fatigue commence à éprouver quelques organismes. Au fil des km le nombre de volontaires voulant éviter le col de Pennes s’étoffe, Les 15km nous séparant de Recoubeau  seront en faux plat descendant mais vent de face, travail en relais devant pour les plus costauds et abri pour les autres.

A Recoubeau la séparation n’aura pas lieu, les plus motivés à respecter le parcours intégral sont minoritaires, et ne voudront pas de scission du groupe, la rentrée se continuera de la même façon jusqu’à Die puis Saillans .

Arrivée à 18h15, les compteurs indiquent environ 185km et de 2860 à 3150m de dénivelée.

Très belle journée avec beaucoup d’efforts, mais récompensés par des paysages peu connus et très agréables. Un secteur qui mérite bien d’être visité de temps en temps tant les routes sont adaptées à la pratique du vélo : peu de trafic, panorama, variété des paysages.

La longueur et les difficultés du parcours justifient les quelques absences d’habitués à ce type de sortie.

YVES

Photos de Christian Zumaran

Mai 21

Rallye des côtes Vivaroises, samedi 20 mai

Le traditionnel rallye des côtes vivaroises de nos voisins Grangeois a eu lieu ce samedi 20 mai.
Une formule redevenue plus classique que celle de l’an dernier, ainsi que le beau temps ont contribué au succès de cette manifestation, puisque 300 cyclos ont pris le départ des 6 circuits de 37 à 147 km proposés.
Une nouvelle fois le cyclo club de St Péray, avec 28 participants dont 4 féminines, était bien représenté ce qui lui a permis de remporter la coupe du club le plus nombreux.
Une agréable matinée  passée sur des routes archi connues mais que nous avons toujours beaucoup de plaisir à emprunter.
Gérard Romain
Photos: Alain Avignon

Mai 18

Sortie Vercors, 16 mai 2017

St Nazaire en Royans, nous sommes 22 au départ de cette nouvelle sortie dans le Vercors et cette fois aucune question sur la tenue à prendre car le grand beau temps est annoncé.

Petit échauffement jusqu’à St Jean et chacun se concentre, sachant que la première montée, le col de la Machine, n’est pas le plus facile du Vercors. La température heureusement n’est pas encore trop élevée.

Six cyclistes en rajouteront un peu en passant par le col de l’Echarasson. 

Regroupement pour le col de Carri, la descente vers la Chapelle et les Baraques. Petite remontée sur St Martin, St Julien en Vercors pour rejoindre les gorges de la Bourne.

Chacun prend son rythme pour arriver à Villard ou nous attend la terrasse d’un bar, bien ensoleillée.

Déjà dans certaines tètes germe l’idée de raccourcir le parcours. Il est vrai qu’avec les difficultés gravies, celles restants à faire et les premières  grosses chaleurs (plus de 25° ) les cuisses commencent à durcir…

Petit retard au redémarrage car un certain tête en l’air ou…Alzheimer a oublié sa sacoche au bar (un apéro en vue pas vrai C……….)

Le col d’Herbouilly assez long, avec des passages pentus mais avec quelques replats aura permis la digestion des casses croûtes. Descente très agréable, puis quelques kms avant st Agnan, séparation des troupes en deux groupes égaux. Un qui continuera le parcours prévu et l’autre qui veut zapper le col de la Chau.

Pour le premier groupe, petite montée avant de basculer sur la Chapelle et  entamer le col de Proncel pas très long mais en plein soleil. Là on s’aperçoit que certains organismes commencent à être entamés !!! Je ne citerai personne par respect ! Arrivée à Vassieux ou tout le groupe a les yeux rivés sur le mémorial tout la haut en languissant d’y arriver. Malgré quelques souffrances,  crampes, le sommet est atteint. Nous modifierons légèrement le parcours pour rentrer par le petit col de Portette, le Pionnier, Bouvante.

Environ 155 km et 3200 m d+ pour ce groupe

Le deuxième groupe rejoindra St Agnan, la Chapelle, remontera le col de Carri et finira par le tracé prévu par St Laurent en Vercors. Route au dire de beaucoup qui n’est pas toute plate et se révèle casse pâtes.

Environ 145 km et 3000 m d+ pour ce groupe

Nous nous rejoignons tous aux voitures, il est 17h30, avec une légère avance sur l’horaire prévu. Tout le monde en a largement assez mais semble ravi de cette journée sous un soleil radieux et les paysages toujours aussi grandioses du Vercors.

Au risque de se répéter nous remercierons encore notre chef de groupe Yves pour cette ballade qui va laisser de bien beaux souvenirs (et coups de soleil) à chacun.

PS merci à Denis et Mme Magnoulon pour les délicieuses pâtisseries bien réconfortantes.

Christian

Mai 05

Tour des Alpes maritimes 2017 (TAM)

7 participants:  Bourguignon Guy, Chiocchio Gino,  Chareyron Françoise, Muthuon Christiane, Romain Gérard, Bruyère Jeff, Escleine Claude.

Une bonne représentation du Club se donnait rendez vous devant chez Guy direction le sud de la France en ce vendredi 28 Avril  pour randonner dans l’arrière pays niçois.

Un programme ardu nous attendait à partir de samedi matin. Nous sommes donc partis vendredi en début d’après midi, Françoise s’étant gentiment occupée de réserver cette première nuit pour nous rapprocher.  Notre escapade sportive a démarré  par un bon petit resto en bord de mer, histoire de prendre des forces.

Samedi matin, debout 5h45, un petit café avec un délicieux Saint Genix et un Suisse que nous avait préparé notre pâtissier boulanger préféré, le Guy, ça il sait faire !!!!!!

Départ officiel à la Gaude à 8h30 sous un soleil radieux, un petit air frais certes, mais le beau temps est là, tout le monde est excité a l’idée de cette merveilleuse journée qui se profile.

Nous sommes 98 au départ, à cause de deux défections, Françoise et moi en tête d’un peloton qui nous emmène directement sur la première difficulté de la journée, le col de Vence. Rapidement, et ce, dés les premiers lacets, tout le monde recherche ses coéquipiers et éprouve aussi le besoin d’enlever quelques couches. On met donc le clignotant pour se déshabiller, on se retrouvera en haut a partir duquel la visite du parc naturel des Pré Alpes d’Azur commencera.

Il fait très beau, mais la fraicheur, certainement due à l’altitude des cols qui dépassent allégrement les 1400 mètres nous oblige à nous recouvrir les jambes et le corps. Le repas de midi se fera dans la vallée avec un regroupement général. Le petit repas chaud servi avec amour par le personnel de l’organisation est le bienvenu et nous aide à passer une bonne après-midi pour rejoindre Gilette, petit village magnifique où nous nous dégustons une petite mousse bien méritée, et puis c’est l’heure du repos du guerrier. Une très belle résidence nous accueille, il est un peu plus de 16 heures, 126 Km, 2300 mètres de dénivelé, une bonne petite douche, un peu de repos, et rendez vous au bar pour le verre de l’amitié. On profitera aussi du moment pour évoquer la journée et celle du lendemain.

Avant le repas, les organisateurs nous présentent l’étape reine du lendemain avec le fameux col de la Couyolle et ses 16 km à 7,4% de moyenne. A chaque jour suffit sa peine, l’heure est à la récupération et nous formons une belle petite tablée ardéchoise, avec nos deux petites femmes en pleine forme.

Le lendemain matin, le départ est également donné à 8h30 de Gillette, nous allons descendre pour récupérer la vallée de la Tinée qui nous emmènera au pied du col de la Couyolle après 40 km d’échauffement et un petit ravitaillement bien sympa. Là, c’est chacun comme il peut.

 

On décide de s’attendre a Beuil, notre lieu de repas, car les écarts seront importants en haut du Col où il fait très froid . Gino, Jeff et moi attendons Françoise puis, descendons les premiers rejoindre le restaurant, on se caille vraiment les !!!!!!!!! Un plat bien chaud fera du bien, puis Gérard et les autres arrivent aussi bien transis.

Il est temps de redescendre chercher la chaleur par les gorges du Cians, une magnifique vallée aux couleurs surréalistes, un vrai régal. Petit à petit, la perte d’altitude diffuse de la chaleur dans tous ces corps meurtris par le froid. A 300 mètres d’altitude, il fait bon, on peut de nouveau quitter les K-ways avant d’escalader le col Saint Raphaël, puis un plateau à plus de 1100 mètres. Il est 14 heures, il fait meilleur, les routes sont très belles, nous allons rester en crête un long moment avant de redescendre, tout le monde est enchanté par ces paysages, nous sommes fatigués, mais heureux.

Nous rejoignons Gilette aux alentours de 18 heures, on en a pris plein les mirettes !!!!!!! Pour ma part, j’avais 157 km avec plus de 3000 mètres de dénivelé. Très belle journée.

Lors du Briefing, les organisateurs annoncent que la pluie arrive dans la nuit, et que nous sommes attendus pour une magnifique paella à 12h30 à la mairie de la Gaude, sympa !!!!

Le départ est avancé à 8 heures. Le bémol est qu’il pleut fort. Le groupe décide à l’unanimité de ne pas prendre le départ sous la pluie. Des solutions sont proposées car vers 10 heures, le temps s’améliore, mais la tête n’y est plus, Guy et Gérard partent récupérer les voitures, nous nous accommoderons d’une belle paella pour terminer notre séjour.

Une bonne ambiance a régné durant le séjour, j’en garderai un très bon souvenir.

Vive la bicyclette

Claude

 

Photos de Claude et Françoise

Avr 24

Sortie Cœur de L’Ardèche, Samedi 22 avril 2017

Le rendez vous était fixé comme il se doit, à la gare de Saint Péray pour prendre la direction des Ollières en voiture, point de départ de notre escapade.

24 participants malgré la difficulté du parcours. Les visages étaient certes un peu remplis d’inquiétude, mais avant le départ, Gérard est venu nous proposer un petit gâteau fait maison, qui allait sûrement nous aider à lutter contre une température on ne peut plus fraîche au départ.

Après quelques kilomètres pour rejoindre St Sauveur de Montagut, les chaudières se sont  rapidement mises en marche, avec la redoutable montée de St Etienne de Serre. Comme on dit dans le jargon, « ça calme les nerfs »

 

 

 

 

Regroupement au village où les premiers rayons de soleil laissent présager une belle journée. Nous en auront besoin, car cette première montée, ce n’était même pas l’entrée !!!!!

 

 

 

 

 

 

 

Au soleil avec une vue magnifique, quelques kilomètres en crête avant de tourner à gauche, une petite route avec des pourcentages de Ouf, nous mène jusqu’au col de la croix Ferrière.

Avec vue imprenable, nous rejoignons Issamoulenc, puis St Julien du Gua, où une toute petite route tout aussi exigeante que les précédentes, si ce n’est encore plus nous emmène deux cent mètres plus haut que le Col de la Fayolle via St Joseph des Bancs où nous devons modifier notre parcours en raison d’un Rallye Automobile. Direction Vals les Bains, Antraigues, col d’Aizac.

 

 

Il est un peu plus de 12h30, l’heure du repos du guerrier a sonné, avec 75 km et pratiquement 2000 mètres de dénivelé, une matinée infernale, cet Yves alors !!!!!!!!! Casse croûte sur une belle terrasse en haut du col avec une vue imprenable, le tout sous un soleil radieux avec une température plus que convenable. Sandwich, bière, coca, café, etc.….

Nous en avons besoin car la matinée a été rude. Des premiers signes de fatigue apparaissent déjà, et notre Gilou national, si bavard d’habitude, fait montre d’un courage que les cyclistes connaissent, le garçon est entamé et ça se voit, bravo a lui pour sa détermination.

Nous sommes a mi chemin, il faut repartir, par une descente cette fois ci, direction route de l’ardéchoise pour rejoindre Burzet avant d’attaquer la terrible montée sur la Champ-Raphaël par la cascade du Ray Pic. Vous imaginez bien que cette montée qui durera plus d’une heure crée des écarts considérables, et les costauds du groupe, Christian, JB, Serge, Toni et autres devront attendre tout autant, car pour les moins forts de la sortie, cette difficulté se transforme en véritable calvaire. Bravo a eux d’avoir réussi tout de même à escalader cette ultime grimpette. Certains un peu pressés sans doute, décident de ne pas attendre pour rentrer plus tôt.

Le reste du groupe se reconstitue, et il est décidé que nous rentrerons directement par Albon via St Sauveur de Montagut. Là encore, une belle partie de manivelle pour le retour, histoire de faire un peu remonter notre piètre moyenne.

Il est 17h45 environ, nous sommes arrivés avec vraiment la sensation du devoir accompli. Les hommes forts du groupe, ont montré qu’ils étaient costauds, c’est vrai, mais les moins aguerris ont montré leur incontestable volonté de finir le tour, bravo a eux, bravo aussi à Yves qui a su encore une fois nous montrer de nouvelles routes, tout aussi pittoresques les unes que les autres.

Pratiquement 150 km pour 3000 mètres de dénivelé. Très très belle sortie.

 

 

Bravo a tous

Claude Escleine

 

Photos de Philippe Dance

Avr 06

Sortie Coiron, mardi 4 avril 2017

Une promenade très originale nous était proposée par notre spécialiste des «  sorties journées », le principe étant de se retrouver pour la bonne cause autour d’une table avec tous les ingrédients qui vont bien, pour changer un peu du classique casse-croute habituel.

Malgré un départ très matinal à 7h30, pas moins de 31 participants présents à la gare, avec un soleil radieux, mais un petit mistral, certes modéré, qui laissait présager tout de même un retour difficile l’après midi. Pour être plus précis, il y avait 29 hommes pour entourer la seule courageuse Eliane,  unique femme présente. Un retardataire néanmoins qui se reconnaîtra très facilement dans ce récit, a dû couper directement sur Charmes par la 86 pour ne pas mettre en retard un groupe très motivé. (Mea Culpa).

Une fois les 31 participants regroupés,  direction Via Rhôna à partir de la Voulte jusqu’au Pouzin, pour rejoindre la voie bleue. Nous avons ensuite récupéré la grande route en direction de St Vincent de Barès  pour rejoindre St Martin sur Lavezon par le col de la Croix St Martin, très belle route, inconnue pour la plupart des participants, qui comportait de redoutables talus. Yves nous réserve toujours des routes inédites avec le pourcentage adéquat.

Regroupement en haut du Col, direction Berzéme via St Giney en Coiron avec une deuxième bosse plus douce, mais un petit mistral de face commençait à se manifester. Les costauds comme d’habitude attendent en haut avant de bifurquer à gauche pour une variante supplémentaire en direction de Darbres.

Il est midi, le reste du groupe choisit l’option de rejoindre directement  Freyssenet avec un timing impressionnant de notre organisateur.

A 12h30, on passe aux choses sérieuses, le groupe se sépare en deux, compte tenu du succès de la sortie, nous étions trop nombreux pour un seul et même restaurant : Freyssenet pour les uns, et bas du col du Benas pour les autres.

Une organisation parfaite. Un grand moment de convivialité permet à tout un chacun de prendre du bon temps autour d’un bon repas entre collègues,  « elle est pas belle la vie » Apéro, petit rouge sympa, avec même le pousse café pour certains.

 

 

 

Même si le principal des difficultés est franchi, il est 14h30, il faut rentrer au bercail. Regroupement en bas du col du Benas avec l’autre groupe, où quelques participants un peu émoussés sans doute, choisissent l’option de rentrer directement par la vallée.

Pour les autres, direction le Moulin a Vent que nous empruntons rarement dans ce sens. Les jambes commencent à être lourdes, les 1800 m de dénivelé prévus par la sortie sont déjà atteints, et ce n’est pas fini, car Il reste la remontée sur St Cierge La Serre qui nous permettra d’atteindre les 2000 m de D+.

Tout le monde a les bottes bien pleines à l’entame de la descente sur la Voulte. Un petit bémol à signaler tout de même : certains filent directement par la 86 sans attendre, alors que notre organisateur avait prévu, judicieusement d’ailleurs, un retour par la Via Rhôna pour éviter un mistral bien présent.

Au final,  retour aux environs de 17h30 avec sept heures de vélo, et 150 km au compteur.

Encore une très belle journée passée ensembles. Il faut bien reconnaître que l’organisation de cette sortie n’était pas simple.

J’en profite donc pour féliciter une fois de plus notre Yves national qui a su mettre à profit sa compétence et son dévouement pour que tout le monde passe une belle journée.

Vive le cyclo de St Péray

Claude Escleine

Photos réalisées par Philippe Dance

 

 

 

 

Mar 22

Corima 2017

Dimanche 19 mars, une dizaine de cyclos Saint-Pérolais a participé à la cyclo sportive « La Corima ».

Cette année le temps était assez clément mais un violent mistral a gêné la progression des cyclistes

Malgré cela, Didier Jouffret termine 2e de sa catégorie sur le parcours 77 kms.

Un grand bravo à tous ces coureurs qui ont montré le maillot de notre club.

Jean Claude

Mar 16

Tour du Ventoux, 7 mars 2017

Nous étions 23 pour un départ de St Péray à 7h00 pétantes. Après avoir préparé les vélos et  avalé un petit gâteau aux pommes maison, nous partons de Rochegude avec 5mn d’avance, sous le soleil mais avec une petite bise un peu fraîche. Pas de difficulté pour aller à Vaison la Romaine via Ste Cécile les Vignes, Cairanne et Rasteau, la route est droite et relativement plate. Nous contournons Vaison pour passer à Entrechaux au pied du Pas du Voltigeur (328m) 1ere difficulté de la journée, après une petite descente suivra une montée régulière  avec  une pente avoisinant les 7 à 8%, la route est large et assez droite, seules les jambes réalisent qu’il s’agit bien d’une vraie ascension. Le soleil s’est caché, nous ne le retrouverons qu’après la pause. Dans la vallée du Toulourenc, la pente est douce jusqu’à Reilhanette où nous devrons nous regrouper et attendre un petit groupe victime d’une première crevaison. La dernière grimpette de la matinée nous fera découvrir le joli village d’Aurel, quelques minutes plus tard nous voici à Sault (713m), il est midi passé, juste l’heure pour nous installer en terrasse ou à l’intérieur pour les frileux, pour une pause casse croute bien appréciée, nous avons un peu plus de 70km au compteur avec 1100m de dénivelé.

Le parcours de l’après-midi commencera par la descente des Gorges de La Nesque dont les premiers kms sont un bon faux plat ascendant, après un pause photo au belvédère pour contempler le paysage nous descendrons très prudemment jusqu’à Villes/Auzon, la route est jonchée de cailloux sur toute la largeur, nous devons sans cesse slalomer entre eux il y aura tout de même une crevaison.

Les distances de sécurité entre nous sont amplifiées au maximum, notre mini peloton est étiré sur plusieurs centaines de mètres, heureusement aucune voiture  dans les 2 sens à croire que leur accès est interdit.

Nous appréhendions le long faux plat de 5km qui nous conduit à Flassan face au vent, mais finalement le vent n’est pas très fort sauf pour les derniers qui n’auront peut être pas le même jugement. Au passage, nous apprécions les vues des villages perchés, Crillon le Brave et  Caromb, avant d’arriver à Beaumes de Venise. Une petite halte, avec mini ravito s’impose, mais surtout briefing pour annoncer la petite surprise du jour, pourquoi faire simple quand il y a d’autres solutions ? On pourrait passer par les dentelles de Montmirail, mais dans ce cas on devra franchir 2 cols peu élevés, mais une partie du tronçon n’est pas goudronnée.

Petite hésitation ou réticence pour certains mais finalement le groupe ne se séparera pas, nous voici tous partant pour cette variante. Légère montée régulière jusqu’à Lafare où nous quittons la grande route. Maintenant à nous l’aventure! Quelques hectomètres de descente puis montée de plus en plus pentue, pas de répit, les virages s’enchaînent, les pourcentages ne faiblissent pas, on ne passe pas au dessous des 2 chiffres, sur les compteurs on constate du 16 et 17%, certains ont même observé du 20% dans les virages, fin de la route à proximité de la chapelle St Christophe. Regroupement pour finir ensemble l’ascension du col du Cayron(396m), le chemin est large mais cabossé et surtout très très pentu, 12 à 14% sur la majorité des 1500m à gravir, La longueur des efforts à fournir ne permettra pas à la majorité d’entre-nous de rester sur le vélo, seulement 4 ou 5 cyclos émérites réaliseront cette performance. En haut les avis à chaud étaient très partagés, les sourires étaient crispés, je pense que, bien avisés  des risques de non confort du revêtement, la mauvaise surprise est venue de la difficulté, personne ne s’attendait à de telles pentes.

 

Mais de suite, comme toujours au club, la bonne humeur est revenue. Voilà une anecdote à raconter plus tard, et on pourra tous dire, je me souviens j’y étais ! Le regret est que les efforts ne nous ont pas permis d’apprécier à sa juste valeur la beauté du panorama.

La fin du parcours est moins typique, les routes plus monotones, beaucoup de lignes droites avec un vent défavorable.

Il est 17h15, nous voici à nouveau à Rochegude pour retrouver nos voitures.

Comme prévu, 160km parcourus, mais comme souvent le dénivelé est supérieur, nous arrivons aux 2000m au lieu des 1685m annoncés. Le cyclo-club de St Péray est généreux donc aucun supplément ne sera demandé aux participants pour ce dépassement.

 

 

Encore une bonne journée, dans une belle région, et une ambiance très appréciable.

Merci à tous pour votre présence avec un état d’esprit convivial qui contribue grandement à la réussite de ces sorties.

A bientôt pour d’autres aventures

Yves

Merci à Maurice pour les photos

Mar 14

Brevet hivernal

Le traditionnel brevet de nos voisins Grangeois n’avait cette année  « d’hivernal » que le nom!

En effet,  la température printanière a permis à nombre de cyclos de rouler en court, jambes et bras, et ce pour la première fois de l’année.

Parcours sympa, sans grandes difficultés, bien fléché et qui malgré la concurrence du programme sportif TV de l’après midi a rassemblé environ 200 cyclos.

Le cyclo club de Saint Péray était bien représenté avec plus de 20 participants répartis en 2 groupes.

Gérard

Merci à Alain Avignon pour les photos.

Départ à Guilherand-Granges

Ravitaillement à Ambonil

 

Fév 27

Le Cyclo Club présent sur les boucles Drôme-Ardèche

Une partie des 21  bénévoles du club samedi matin à Guilherand-Granges.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le peloton à Toulaud.

Attaque dans le val d’enfer

Articles plus anciens «

%d blogueurs aiment cette page :